Jacquot de Nantes d’Agnès Varda (1991)

Notre amour fou pour le cinéma

Jacquot de Nantes connaît le même triste sort qu’une dizaine de titres du catalogue École et cinéma : c’est un film oublié, il ne trouve plus grâce aux yeux des programmateurs.
Quel cruel destin pour cette évocation de souvenirs à la troisième personne ! Car ce film singulier ne ressemble à aucun autre ; son mode de narration et ses choix stylistiques l’élèvent au rang de film « collages», d’hommage sensible, ou encore de biographie documentée et bienveillante… bref, on ne peut le classer dans aucune catégorie et c’est tant mieux !

Jacquot de Nantes est un film important pour nous, les passeurs de cinéma. Dans notre valeureux travail de faire aimer le cinéma aux enfants, il est réconfortant de croiser un film comme celui d’Agnès Varda.

D’abord parce que c’est un film qui déborde d’humanité et d’admiration à l’égard de son Sujet, Jacques Demy. Comme la cinéaste, nous aimons cet homme et son cinéma, nous voulons que des générations futures chantent encore « la recette du cake d’amour » pendant la récréation. Nous l’aimons infiniment pour avoir oser inventer un cinéma enchanté et coloré. Grâce à Agnès Varda, ce réalisateur a une vie de cinéma et AU cinéma, plus personne ne peut ignorer l’histoire personnelle de ce cinéphile entêté.

Jacquot de Nantes est ensuite un film qui relate avec justesse et élégance la naissance et l’éclosion d’un jeune spectateur. Jacques Demy, dès son plus jeune âge, fréquente la salle de cinéma de son quartier, à Nantes, en famille. Ce rituel dominical est émouvant parce qu’il a la saveur d’une émotion partagée. Les yeux du petit Jacquot sont brillants lorsqu’il sort de la salle obscure, il n’a de cesse de partager avec ses proches les meilleurs moments du film vu. Nous touchons du doigt l’essence du plaisir du spectateur de cinéma : vivre ses émotions collectivement pendant la séance, les retravailler, les amplifier, après la projection en en discutant.

On est touché aussi par le cérémonial que l’enfant met en œuvre pour recréer la salle de cinéma, chez lui, dans la cuisine, lorsqu’il projette ses premiers films d’animation. Chaque détail a son importance aux yeux de l’enfant, il faut que les spectateurs (ses parents et un voisin) aient l’impression de vivre une vraie projection de cinéma pour apprécier à sa juste valeur l’objet
du spectacle.

Le film d’Agnès Varda montre aussi comment on peut aimer voir des films pour finalement vouloir en faire, le plaisir de spectateur n’excluant pas le désir de créer. Jacquot de Nantes est en effet l’évocation d’une vocation artistique, il dépeint avec précision les étapes durement franchies par un jeune homme dont les origines sociales modestes n’auraient pas du conduire au métier de cinéaste mais plutôt à celui de garagiste comme son père. Qui de nous n’a jamais rêvé de voir un jour, parmi les enfants qui fréquentent nos salles, une tête se lever fièrement en affirmant vouloir embrasser coûte que coûte une carrière artistique dans le cinéma !

Enfin, ce film est important parce qu’il illustre ce que nous aimons faire dans nos métiers : tisser des liens entre les films pour créer du sens. Par un subtil jeu de montage et de collages, des scènes de la vie quotidienne de Jacquot résonnent avec des extraits de films réalisés par Jacques Demy. Cet ingénieux emboîtement révèle que l’enfance fut une importante source d’inspiration.

Et l’enfant de 2013, spectateur de Jacquot de Nantes, ne boudera pas son plaisir en voyant certaines de ces séquences, mais aussi en reconnaissant les films que Jacquot va voir au cinéma : Blanche neige et les sept nains, Jour de fête, La Belle et la Bête, etc.

Jacquot, c’est un petit morceau de nous : cet amour immense du cinéma que nous voulons voir grandir et s’épanouir.

Delphine Lizot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :