« Genèse »
Mai 2017
Les élèves de première année CAP Agent Polyvalent de Restauration du Lycée Professionnel Toulouse Lautrec d’Albi

découvrent le film d’animation « le tableau » de Jean François Laguionie et Anik Le Ray dans le cadre de leur cours de français. L’analyse de l’affiche est prometteuse : l’entrée dans le film par l’oreille, puis le décryptage du générique et de la première scène du film à l’aide de photogrammes les familiarisent avec le langage cinématographique. Le coup de foudre est immédiat et le message implicite du film leur parle. « Nous sommes comme les toupins et les pafinis, semblables et différents mais ce n’est pas une raison pour être cruels les uns envers les autres ». Cette pépite du film d’animation français a fait son effet : et si on allait plus loin ? L’idée d’un atelier d’écriture – pastiche avec ces jeunes professionnels cuisiniers fait son chemin durant l’été ….

« Levons l’encre »
Début Octobre 2017
Ayant la même classe en terminale mais avec 3 AVS en plus et un professeur ULIS, le projet fait son chemin : l’annonce d’un atelier d’écriture pastiche les séduit. Une fois les attentes expliquées, l’adhésion est complète : nous allons inventer et écrire ensemble autour d’une grande table ronde, élèves et professeurs. L’idée insolite de changer la géographie spatiale de leur salle de classe les ravit.
Mais avant de « lever l’encre » (c’est le nom de notre atelier), il s’agit de se réapproprier l’histoire : les personnages, leurs langages, leurs relations, les lieux, les techniques de dessin du film, l’intrigue sont revisités : le film est re visionné, re questionné. La symbolique d’une société inégalitaire et intolérante est mise en mots. Le découpage filmique devient le support de lecture et d’analyse pour aller à la rencontre du Peintre, du Créateur. Pour aller vers un pastiche, les différentes dimensions artistiques et esthétiques des personnages, des lieux et des rapports de force sont analysées.

« La recette d’une bonne histoire »
Mi-octobre 2017
Une règle d’or, un dispositif clé : le brainstorming. Tous autour de notre table nous écrivons, nous partageons, nous négocions. Le foisonnement des imaginaires jaillit dans la bonne humeur et la rigueur. Ainsi vont naître des personnages, un lieu, un univers, une atmosphère, une nouvelle intrigue, un schéma narratif en cohérence avec le récit modèle du Tableau.
Le Tableau devient une Vitrine de pâtisserie, les Toupins seront des Toucuits tyranniques et les Pafinis des Loupés : on parle de gâteaux, bien sûr, qui se disputent la lumière d’une belle vitrine de Noël – l’histoire est en marche et elle se développe naturellement : la narratrice Lola sera Chouquette et nos nouveaux Roméo et Juliette ne seront plus Claire et Ramo mais Mendiant et Amandine.
Un brainstorming endiablé et joyeux s’est tenu simplement sur le nom des personnages pastichés : nos gâteaux « socialement différents » ont permis de travailler en profondeur la connotation des mots, même culinaires. Le nom même de la pâtisserie est au centre de joutes verbales et des rires : le choix se portera sur « Méli-Mélo », on abandonne « le miroir aux délices ». Même les insultes, les menaces entre les personnages, les périls doivent s’inspirer de l’univers d’une cuisine, d’un atelier de pâtisserie : des pépites naissent de nos échanges : ainsi Amandine, une toucuit qui ose aimer un loupé se verra menacer d’être exilée sur « l’île des pets de nonnes » : fous rires garantis !
Les frustrations sont repoussées par des échanges argumentés simples et cordiaux : l’essentiel est de faire rentrer le lecteur dans « un miroir » comme dans le tableau, ce sera donc une vitrine. L’écriture collective est de mieux en mieux acceptée.

« Larguons les amarres »
Fin-octobre 2017
Chaque chapitre développant l’intrigue doit être rédigé avec des contraintes d’écriture différentes : récit classique, dialogues, affiche détournée, sms, monologue et poèmes. On n’est pas là pour faire du cabotage.
Notre aventure ne vire pas à la « galère » : la variété des exigences de l’écrit permet de révéler les talents singuliers pour la bonne marche de tous.

« Du vent dans les voiles »
Décembre 2017
L’atelier d ‘écriture prend une ampleur nouvelle : les premières pages de notre histoire sont écrites, relues, corrigées : le tapuscrit est d’ailleurs déposé dans une jolie boîte chez Madame la Proviseure- adjoint : c’est du sérieux, le métier d’écrivain ! Et pourquoi ces pages écrites ne seraient-elles pas illustrées, suggère la professeure d’Arts Appliqués ? Pourquoi ne pas réaliser un album de jeunesse ? Pourquoi ne pas dédier ce futur livre conte à une classe de primaire ? Le professeur ULIS connaît justement une classe dans un village voisin qui travaille aussi sur « le tableau » … Nos élèves sont en stage en entreprise… la surprise sera de taille à la rentrée de janvier : notre aventure chemine au hasard des vents, non contraires, l’équipage s’agrandit.

« En avant toute »
Janvier 2018
La surprise est digérée : les élèves sont de plus en plus motivés, un peu inquiets tout de même d’écrire pour des petits ! Ils ont peur de ne pas être à la hauteur !
L’atelier avance : il reste à écrire la rencontre avec le Peintre, pardon, avec le Pâtissier et l’épilogue. En parallèle, l’atelier d’illustration joue l’abordage : là aussi, on met en commun le travail, on se répartit les tâches : à partir de formes géométriques simples, les élèves doivent combiner des formes, des couleurs, des détails insolites. Représenter, donner à voir le monde qu’ils ont créé.
Ce moment a été éblouissant au niveau des trouvailles symbolisant ces gâteaux différents, et un monde inégalitaire, comme ce « Financier », toucuit de son état, créé par Mathias qui saura métamorphoser un simple rectangle en petit bonhomme en complet veston, montre à gousset avec des yeux où se mirent des dollars. Le tour est joué : chaque chapitre est géré individuellement ou en groupes avec différentes techniques de dessin, et l’appui de l’informatique. Le détournement d’un tableau célèbre sera l’occasion totalement maîtrisée d’un double pastiche.

« Un voyage avec surprises ! »
Ce qui avait débuté comme une simple production écrite (avec ses tâches complexes) s’est transformé en album de jeunesse, imprimé avec les moyens du bord in situ. Mais notre aventure connaît un nouveau rebondissement : notre proviseur, alerté, décide d’armer notre navire. Un budget, plutôt appétissant, est octroyé à notre entreprise : le livre sera imprimé dans une vraie imprimerie, format à l’italienne comme les vrais livres d’enfant découverts par les CAP à la médiathèque d’Albi. Les élèves n’en croient pas leurs yeux, et redoublent de motivation. Un nouvel acteur est en jeu et il s’agit de respecter des délais. On se met à rêver, en regardant l’horizon : et si on écrivait à JF.Laguionie pour lui raconter notre aventure et si on l’invitait à nous rejoindre au lycée ! Un très joli mail d’encouragement sera sa réponse. Serions-nous victimes d’un mirage !… « UN GRAND MERCI POUR VOTRE LETTRE du 31 janvier. Désolé pour ce retard à vous répondre : 2 films en cours… Désolés aussi, nous sommes, Anik LE RAY (auteur du Tableau) et moi, de ne pas être avec vous vendredi Nous sommes à l’autre bout de la France… Mais votre idée nous a bien séduits. J’espère que les Toucuits ne seront pas brûlés… Restons en contact. Amitiés à tous JF et Anik »

« Première escale »
Vacances de février 2018
Le livre est achevé, prêt pour l’imprimeur, plus épais que prévu : en effet, les recettes des gâteaux invitent le lecteur à mettre la main à la pâte. Mais comment allons-nous le partager avec les jeunes lecteurs de CM2 du village d’à côté ? Nos apprentis écrivains n’ont pas dit leurs derniers mots.

« Deuxième escale »
Mars 2018
La pâtisserie Méli-Mélo au centre de notre pastiche sera véritablement transposée au sein du restaurant pédagogique dans lequel travaillent les élèves. Grâce aux professeurs de Biotechnologies, la relève est prise : les élèves fabriquent leurs Toucuits et leurs Loupés et les mettent en scène dans une vitrine réelle pour le jour J.
Les yeux s’éclairent car l’histoire et les personnages imaginés trônent, royaux, dans une vraie vitrine illuminée comme en période de Noël.

« Jour J ou l’arrivée à bon port »
16 mars 2018 – la matinée spectacle
Il s’agit d’offrir le livre à une classe de cm2 de Valence d’Albigeois, invitée au lycée mais un nouveau défi a germé dans nos fébriles brainstorming : l’histoire sera présentée sous la forme d’une saynète devant ce jeune public et ensuite on dévorera ensemble les pâtisseries réalisées et… le livre. Les plus timides se lancent dans le challenge mais ce jour-là, les élèves de la classe de CAP vont découvrir le bonheur de faire rire des enfants et de partager une séance de dédicaces mémorable. En échange, les CAP reçoivent des CM2 une jolie galerie d’autoportraits Toupins ou Toucuits.

« Un voyage au long cours »
Avril-mai-juin 2018….
Si le navire et l’équipage n’ont pas dérivé d’un iota pour parfaire le pastiche du Tableau, l’aventure n’est pas terminée : notre album de jeunesse est parti rejoindre des chambres d’enfants, le CDI, le blog culture du lycée mais aussi le 19ème Salon du livre jeunesse d’Albi. Puis il sera à la médiathèque d’Albi dans le cadre d’une exposition appelée « Uniques et différents ». Il aura une vie au long cours sur des sites et grâce au QR CODE pour « les arts – mateurs » de tous bords. Et enfin, il sera remis à JF.Laguionie , « le phare » de notre projet.

Carnet de voyage
On peut lire cette note :
« Cette aventure de longue haleine s’est nourrie progressivement de rencontres : l’itinéraire de départ s’est enrichi, complexifié mais sans se perdre. Elle n’a été possible que par l’enthousiasme des élèves, rassurés en permanence dans leurs compétences, leurs talents souvent mésestimés, par le travail ensuite en synergie de toute une équipe, un accompagnement de l’institution et une souplesse d’organisation : il nous a fallu cinq mois pour arriver à bon port à côté des cours traditionnels : aucun retard, aucun absentéisme, aucune avarie, des moments de découragement, de « cales sèches », de difficultés mais toujours un moral d’acier pour achever ce réel défi. Le résultat est « une belle fable sur la tolérance, la différence et le respect ».

Publicités
  1. Ping: Ecriture pastiche d’un album de jeunesse – Blog Culture Lycée Toulouse-Lautrec Albi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :